Samedi 03 aout 2019 – 19H30 – Balaruc Les Bains

La « Beat Generation » est un mouvement littéraire et intellectuel qui, dans les années 1950, a cherché à s’affranchir du « American Way Of Life », le conformisme de la vie américaine, pour se donner la liberté de penser, de rêver, de vivre en pro tant de chaque instant. Sur La Route de Jack Kérouac, Howl d’Allen Ginsberg et Naked Lunch de William Burroughs sont parmi les 3 œuvres majeures qui dépeignent ce mode de vie, base d’un militantisme qui marquera toute la seconde moitié du XXème siècle.

Aux croisements du jazz moderne et du rock progressif, « BEAT » s’inspire et met en musique les textes des trois poètes majeurs de la « Beat Generation », portés par la voix sensible et touchante de Caroline Sentis et sur les compositions du bassiste Alfred Vilayleck.

Le Grand Ensemble Koa est une formation de musiciens qui jouent un jazz électrique et innovant, où se mêlent improvisations jazz, techniques d’écriture contemporaine, grooves sophistiqués et sonorités électro-rock. Il est initié en 2008 par le bassiste et compositeur Alfred Vilayleck.

Les musiciens du groupe créent au même moment le Collectif Koa à Montpellier, ce qui leur permet de partager nombre d’expériences de jeu et de rencontres artistiques décisives.
En 2010, le Grand Ensemble Koa travaille sur une création inspirée par l’Ubu-Roi d’Alfred Jarry, incluant écriture musicale contemporaine, théâtre satyrique et soundpainting.

Le disque « Koa-Roi » qui en découle sort en 2012 et est élu Album Révélation Jazz par le magazine Jazzmag en février 2013. Pascal Rozet écrit : « Un premier opus pleinement abouti, qui frappe par sa cohérence ».
En 2013, formé de 9 musiciens, le groupe joue « Ahîmsa » – nouveau répertoire – dont le disque sort en 2015, et se produit notamment au Carreau du Temple à Paris. En 2014, il collabore avec le collectif belge Maak Spirit, intitulée « Koa Meet Mäâk ».
Aujourd’hui, c’est 1 voix et 8 instruments pour mettre en musique des textes, des poèmes, des mots d’une génération qui cherche la liberté, celle de Jack Kerouac, Allen Ginsberg ou encore William Burroughs…

Vidéo
« J’ai vu les plus grands esprits de ma generation detruits par la folie, affames hysteriques nus...» Allen Ginsberg, Howl, 1956

Distribution

 

Alfred Vilayleck : Direction, composition, basse

Matthieu Chédeville : Saxophone soprano

Armel Courrée : Saxophone alto

Jérôme Dufour : Saxophone ténor

Pascal Bouvier : Trombone

 

 

Samuel Mastorakis : Vibraphone

Daniel Moreau : Claviers

Julien Grégoire : Batterie

Caroline Sentis : Voix, chant

  • Previous ProjectMélanie Arnal "La fille Allumette"

  • Next ProjectGaël Horellou "Identité"