Vendredi 4 août 2017 – 21h30 – Balaruc Les Bains

Le violon est un tambour, le tambour est un violon…
Geronimo marie avec Grâce, le monde des chants Africains et des instruments à cordes, des polyrythmies de la santeria Cubaine aux harmonies du trio de bata à cordes.

La contrebasse devient l’iya (la mère), tambour majeur et chef de la polyrythmie, le violoncelle est l’Itotele (le père), et le violon se mue en Okonkolo (le fils).
On salue Elegua, divinité des carrefours de la vie, en premier comme il se doit, puis Obatala, orisha de la paix, Chango, dieu de la virilité, Ochun, déesse de la féminité, … Un spectacle intime, surprenant et envoutant…

Jérôme Viollet : Chant/Percussions

Martha Galarragua : Chant

Christian Fromentin : Violon

Nicolas Iarossi :Violoncelle

Jean Pierre Almy : Contrebasse

« Une création artistique élaborée spécialement pour le festival Les Arts Métis »

A l’origine du projet Geronimo Yuruba Cuerdas, Jérome Viollet est batteur, percussioniste et pédagogue. Il a parallèlement étudié les percussions classiques et la batterie Jazz avant de découvrir les percussions digitales et l’arrangement. En sillonnant l’Amérique et l’Afrique, il a collaboré avec des artistes de renommée au sein de nombreux groupes et projets artistiques ambitieux.

Reconnu comme spécialiste des cultures Afro-américaines, ses recherches créatives et pédagogiques sont toujours liées à la danse et au chant et ses participations discographiques sont nombreuses et éclectiques.

Martha Galarraga  est issue d’une famille reconnue dans la tradition musicale Yoruba de la Santeria à la Havane.

Son appartenance au Conjunto   National Folklorico marque le début de sa carrière professionnelle. Quelques temps plus tard, son départ de Cuba l’amène  en Allemagne où elle travaille à ses premières productions musicales, en collaboration étroite avec le conservatoire de Rotterdam. En 2000 elle rencontre Omar Sosa avec qui elle enregistre deux disques, Prietos et Sentir.

Son énergie fougueuse, sa voix puissante et ses profondes connaissances de la tradition fonde sa réputation parmi les plus grands interprètes de musique Afro-cubaine. Elle a également effectué un projet musical avec l’orchestre philharmonique de  l’opéra Bastille à Paris.